24 février 2006

Les errements d'un gros F... b...

Je me suis retrouvé au musée des arts turcs et islamiques, l’autre jour, à écouter les commentaires d’un gros Français barbu qui faisait visiter l’endroit à un groupe de touristes marocains.

Le guide en question a passé la moitié de la visite à taper sur le même clou, « regardez ici, regardez là-bas, sur ce tapis seldjoukide, sur ces céramiques abbasides, il y des représentations humaines. Regardez, regardez, c’est pas moi qui l’invente, vous voyez bien qu’on n’interdit pas les représentations humaines dans l’Islam. » Et, à une ou deux reprises, il a ajouté que les auteurs de ces oeuvres devaient bien savoir ce qu’ils faisaient puisqu’ils vivaient au hutième ou au douzième ou dans je ne sais plus quel autre siècle, bien avant nous, bien plus près de l’époque du Prophète Muhammad que nous-mêmes.

J’ai écouté, je ne suis pas intervenu; sans avoir pratiqué le métier je me doute un peu que les guides de musées ne doivent pas adorer les historiens baveux qui les corrigent devant tout le monde. Du reste, le problème que j’ai avec son petit speech n’a pas tant rapport aux données qu’à son interprétation de celles-ci.

D’accord son emphase sur la représentation humaine est une adaptation à l’actualité; il parlait sûrement d’autres choses il y a six mois. D’ailleurs, ça démontre non pas une faiblesse mais bien une force de l’histoire, à savoir l’utilisation (de temps à autre légitime) qu’on peut en faire pour mettre en perspective l’actualité la plus immédiate.

Je passe aussi sur son argument bizarroïde selon lequel la position chronologique des médiévaux leur permettait de comprendre mieux que nous des origines de l’Islam. Si c’est vrai, le travail de tous les historiens est complètement absurde, puisqu’on s’éloigne de plus en plus des époques étudiées. Si c’est vrai, en fait, votre grand-père connait mieux la Turquie médiévale que moi (puisque je suis né un demi-siècle plus tard). Allez-donc lui demander des détails sur la révolte Baba’î de 1240, j’en connais plusieurs qui seraient curieux d’en savoir plus à ce sujet...

[Mis en garde – Je ne l’ai pas insulté, votre grand-père, je viens juste de dire qu’il n’est pas historien. Venant de moi, c’est presque exactement le contraire. D’ailleurs, ça le rend tout à fait apte à se consacrer à des activités autrement plus constructives.]

En fin de compte, ce qui m’a surtout irrité dans la petite présentation muséale est l’essentialisation du sujet, la conviction de ce guide de connaître « le vrai Islam ». Petites nouvelles pour toi, ô gros Français barbu (c’était un gros Français barbu, rappelez-vous) : Ça n’existe pas, le vrai Islam, la « vraie interprétation » de l’Islam. Au mieux, si vous êtes musulman et croyant, ça n’existe plus depuis la mort du Prophète (le seul dont on puisse supposer qu’il savait exactement de quoi il parlait).

Prenez le jihad, par exemple. Les maniaques à droite disent que c’est la guerre sainte contre les infidèles. Les maniaques de gauche affirment que NONNONNON c’est plutôt une lutte intérieur, l’effort de l’esprit pour se contrôler ses pulsions. Mais, ô gros Français barbu, des gens avec mille fois plus de connaissances et d’autorité théologique que toi ont soutenu chacune de ces deux opinions, et si ce n’était pas suffisant, il y aurait encore 1400 ans de pratique dans un sens comme dans l’autre par des populations entières. Que l’on ait recours au savoir académique ou à la démocratie pour juger de ce qu’est « le vrai Islam », « le vrai Islam » reste bien caché dans son trou à regarder ses représentants autoproclamés se battre pour savoir qui aura le plus gros morceau de gâteau. Et vous savez quoi? Je ne sais pas ce que « le vrai Islam » en pense.

Je parle de jihad, mais c’est la même chose sur bien d’autres sujets, y compris la représentations humaines: des opinions contractoires existent, des opinions informées, et celui qui se permet de déclarer un des deux clans vainqueur doit être prêt à expliquer les failles dans l’argumentation théologique de l’autre clan.


Même -surtout- si c'est le clan d'un gros Français barbu.




Aucun commentaire: