08 mars 2006

Chapitre 282

« Le Da Vinci Code est une... source historique? » répéta Fifille, les yeux grands comme des assiettes. « Vous voulez dire que tout ce que le roman contient est vrai? »

Le professeur Auchat laissa échapper un gloussement.

« Oh même dans ma jeunesse, je n’ai pas pris assez de drogues pour affirmer une telle chose! Mais un texte n’a pas besoin de décrire des événements réels pour être une source historique. Vois-tu Fifille, nous les historiens des mentalités nous intéressons non seulement à ce que les gens des autres époques pensaient, mais aussi aux concepts qui n’existaient tout simplement pas dans leurs esprits. Il est facile de voir ce qui préoccupait les auteurs médiévaux, on n’a qu’à ouvrir les livres qu’ils nous ont laissés; c’est beaucoup plus rare que quelqu’un prenne la peine d’écrire sur ce qu’il ignore ou considère comme dénué d’importance.

-Je comprends. Mais quel est le rapport avec le Da Vinci Code? demanda Fifille.

-J’y arrivais, reprit Auchat. Malgré le mépris dans lequel à peu près tous intellectuels tiennent ce roman, il demeure une oeuvre de génie, en ce sens qu’il est parfaitement adapté à son audience-cible. Pour cette raison, chaque concept sortant de la culture de l’Américain moyen est expliqué à l’aide de divers instruments narratifs. En faisant poser une question par un personnage, par exemple.

-Comme moi? »

Auchat acquiesca d’un hochement de tête.

« Mais alors, ça me donne l’air d’une parfaite idiote! s’offusqua Fifille.

-Bien sûr, ces explications perturbent un peu le réalisme psychologique des personnages. Après tout, c’est un roman qui met en scène une diplômée universitaire française qui n’a jamais entendu l’expression ‘clef de voûte’. Mais l’important est qu’en examinant un tel roman, on peut établir précisément ce qui, selon les estimations de l’auteur, faisait ou non partie du bagage de connaissances de son lectorat. Et puisque le Da Vinci Code s’est vendu à des dizaines de millions d’exemplaires...

-Cela veut dire qu’il a tapé dans le mille! »

Auchat était sur le point de répondre lorsqu’une voix se fit entendre derrière lui. Une voix qu’il n’avait pas entendue depuis bien des années...



2 commentaires:

cruelles incognita a dit...

Suis tombée sur ce blog / par un heureux hasard / aie lue les 27 posts / un à un / j'aime bien / l'ambassade du Trépanistan / commentaire pertinent ?

Votre Dévoué Ambassadeur a dit...

Pertinent?
Peut-être que oui, peut-être que non...

Tout ce qu'il y a de plus gentil, et fort apprécié?
Absolument!