11 avril 2006

Le casque à minou

Pour la première fois de l'année, vous sortez lire sur le balcon. Ô fascinants ouvrages! Ô histoires captivantes! Le vent frais vous caresse la joue et la compagnie de Marie Laberge vous semble à tout le moins plus douce qu'un coup de pied au cul.

Après deux heures, vous jurez voir sortir de la page des contextes duplessistes et des robes de tenancière faites de cretonne mordorée (aver un ourlet replissé, comme dans les magazines américains). Après quatre heures, votre esprit n'est plus qu'une machine à analyser les chances d'Adélaïde ou de Fernandine ou de Benzodiazépine de briser le carcan patriarcal de la Grande Noirceur. À la fin de l'après-midi, Dieu vous offre une juste rétribution en vous projetant directement il y a soixante-quinze ans, dans un petit village québécois (ou malgache, ou laotien, c'est vous qui décidez, hein).


Vous y rencontrez votre arrière grand-père qui s'inquiétait justement pour vous. "Eh ben, [insérez votre nom ici], ça fait longtemps que je voulais te parler..."

Votre sourire béat (rappelez-vous, la chaleur du printemps, le plaisir de lire Marie Laberge, le léger halètement) se tranforme lentement en une moue de dégoût alors qu'il se met à vous poser ses questions:
"Coudonc, [insérez votre nom ici], le mariage c'est pour quand? Pourquoi tu va pas à l'église (ou à la mosquée, ou à la pagode, c'est vous qui décidez, hein)? Dis-moi donc, [insérez votre nom ici], sais-tu seulement où je suis enterré?"

Contenant votre irriation, vous tentez de dissimuler votre ignorance de son lieu de décomposition en lui décrivant le 21e siècle:
"Il va y avoir un réseau, commes des machines qui pensent reliées par téléphone 24h/24", que vous lui dites, les yeux remplis d'étoiles.

"Sans arrêt?" Ses obsessions théologico-matrimoniales semblent soudainement avoir pris le bord.

"Ouais, partout dans le monde!
-Même en Chine?
-Oui!. Et puis les gens vont pouvoir se parler, échanger des idées, apprendre des choses sur les cultures étrangères, organiser des amitiés internationales! Ça va permettre de briser toutes les oppressions!
-Les idées vont circuler tout le temps partout? Tabouère, de quossé qu'on va ben pouvoir se parler avec les chinetoques?"

Notant que votre arrière grand-père était finalement raciste sur les bords --et qu'en tant que suppôt du patriarcat il aurait probablement détesté le souffle de liberté émanant d'Adélaïde et d'Extrautérine (mais pas de Fernandine qui, comme vous le verrez à la fin du livre, apprécie tout compte fait d'être dominée par son homme, la salope)-- vous plissez les yeux et, après quelques secondes d'un lourd silence, vous lui avouez la vérité:

"Euh... on va s'envoyer des photos de chats avec des écorces de melon sur la tête."


(Remarquez, moi aussi je le trouve cute, le minou. Presque autant que Marie Laberge).











Aucun commentaire: