29 mai 2006

Altermondialiste

Mon cher petit Pedro,

Tu es d'un autre pays que le mien, d'un autre continent, d'une autre planète. D'un autre monde, tiens. Ça tombe bien, je suis altermondialiste.


Oui, tu habites un autre monde et un autre monde t'habite. C'est ton essence, c'est ce qui te rend pareil à tes frères du Swaziland. Tut tut tut, ne me dis pas que tu ne connais rien du Swaziland, ils sont pauvres eux aussi, ils n'ont pas de démocratie, l'essentiel vous l'avez en commun.

Ne crois pas que ce jugement soit méprisant, rien n'est de ta faute. Mes ancêtres ont fait la révolution, se sont battus pour la démocratie. Les tiens étaient soumis au Forces du Mal, aux pulsions prédatrices du gouvernement américain, aux multinationales rapaces, au Fonds Monétaire International. Tes ancêtres n'ont joué aucun rôle dans l'histoire du monde, il est normal que tu te retrouves perdant. Il est aussi normal que déplorable que ta situation empire année après année.

Pour t'en sortir, il faut que tu écoutes mes enseignements, je sais ce qui est bon pour toi. Mais toi aussi tu peux m'enseigner des choses, ta musique traditionnelle par exemple. Quand je te vois jouer de la flute de pan dans ton petit poncho élimé, t'es tellement cute, oh! ça se dit pas. Tu es, tu resteras toujours comme un fils pour moi, même si tu as cinquante ans et moi dix-sept.

Ne crois pas que ce jugement soit méprisant, comme je le disais. Je sais que tu as des opinions politiques, c'est ta liberté et je l'encourage. Bien sûr que tu as aussi le droit d'être pétri d'idées conservatrices, d'être enfermé dans ta vision du monde patriarcale. Avec un peu de travail, on réussira à te faire prendre conscience de ce qui est bon pour toi.

Tu vois, ce dont nous avons tous besoin, c'est de la bonne volonté. C'est ainsi qu'on change le monde, l'histoire le prouve abondamment: [ajouter des exemples!]. Ta situation s'améliore année après année grâce à des gens comme moi. Un jour, toi et tes frères du Sud aurez votre revanche sur nous, une revanche bien méritée. Un jour, nous du Nord paierons le prix de tous ce que nous t'avons fait subir. J'en suis tellement excité que mes doigts tremblent sur le clavier.


Aucun commentaire: