15 juin 2006

Maîtres de l'univers

J'ai dîné à la table des maîtres de l'univers l'autre jour. Soupé plutôt, même si les mets servis étaient mille fois plus légers que les sujets abordés. Un repas on ne peut plus instructif puisque j'y ai appris que l'Homme des salons d'Habermas, celui qui aurait supposément apporté la démocratie (et par conséquent le statut de civilisation supérieure) à l'Occident, existe encore et ne crache pas sur l'occasionelle poutine chez Frite Alors.

Oui, mesdames et messsieurs, la sphère publique se porte bien et son portefeuille d'actions humanitaires s'épaissit à une rythme sain et régulier.

On met les micros en place, test de son, la blonde serveuse (qui a déjà été sa meilleure amie, vous vous souvenez de l'époque) apporte des bouts de saucisses et la conférence est officiellement ouverte.


D'emblée, le Ministre des Relations Internationales se désole: nous avons perdu la Somalie. Il serait souhaitable d'envoyer des troupes sur le terrain afin de réaffirmer notre le pouvoir de la démocratie. Que l'on mette fin à toutes les excisions sur place, ça devrait faire remonter la valeur de nos actions dans l'esprit des gens.

Le Ministre de l'Intérieur (ou Presque) est plus jovial: les choses semblent rentrer dans l'ordre à Haïti. D'ici peu ils pourront se policer sans notre aide. Nous avons grand espoir qu'ils marchent dorénavant dans la direction que nous leur avons indiquée. Mais les initiatives trop directes de nos administrateurs d'Ottawa doivent cesser, c'est mauvais pour l'image.

Enfin, le Ministre des Armées (anciennement Ministre de la Défense de la Veuve et de l'Orphelin) nous indique qu'il faut eeeeeeencoooooooore négocier avec les administrateurs, mais on devrait finir par faire envoyer des troupes au Darfour. Dans une boucherie comme celle qui se passe là-bas, c'est à nous de prendre nos responsabilités.

Oh! bien sûr, vous y auriez peut-être à peine vu deux Intellectuels de Vos Deux qui refont le monde sur fond de graisse de patates (mais dans un environnement sans fumée, plus moyen de choisir son cancer). Intellectuels, peut-être, mais sans avoir l'honneur de connaître Vos Deux permettez moi de douter du second segment de votre titulature. La conversation était informée comme l'aurait été celle d'un ministre (de certains ministres, en tous cas) et surtout -c'est là que se situe ce que les Aïnus appellent "the rub", le coeur du problème, le joyau pour lequel ce texte sublime n'est qu'un écrin- ils ont le pouvoir. Ils sont comme les barons demandant une charte au roi lorsque le roi a vraiment besoin de faire élire des députés à Montréal. Ils sont à la fois l'opinion publique et les citoyens d'un pays qui parle plus fort que bien d'autres.

Cibole qu'on est ben à la cour de l'Empereur.

Aucun commentaire: