17 août 2006

Duel: L'orignal et l'écureuil

Bienvenue dans le monde merveilleux des duels. Le principe est simple, on choisit deux personnages et un thème abstrait sans lien naturel évident et on en fait une p'tite histoire. Ça donne quelque chose comme ceci:

Personnages:
-Un orignal séropositif
-Un écureuil épileptique

Thème:
La position des Québécois face au Hezbollah.


Voici:

Les lèvres de l'écureuil étaient couvertes de salive montée en mousse. Derrière, des pas immenses se firent entendre.
L'écureuil lança un long regard de détresse vers l'orignal, qui lui adressa la parole: "Ça va?" Il ne répondit pas, encore tremblant.
L'orignal sourit. "Repose-toi, je vais te raconter une histoire." Il s'agenouilla, plaçant son énorme museau à quelque distance du rongeur étendu sur la pelouse d'un parc que l'on connaît tous.

"Je les ai vus, les tisseux de poils de vigogne équitable, ils manifestaient l'autre jour pour les droits des p'tits câlisses. Les p'tits tabarnacs. Ça fait longtemps que je les vois, des fois y font pitié mais la plupart du temps ils se tiennent dans le parc comme une gang de mouches à marde autour d'une crotte de chien. J'en ai frappé un l'autre jour, une crisse de tête brûlée, un "leader naturel", comme y disent. Y'é arrivé, j'te jure, comme dans les films de propagande sur le pot, comme possédé, pis là y'est allé dire à ses chums que ça serait vraiment "full hot" d'aller piquer l'orignal du mini-zoo avec une seringue qu'y'avait trouvé dans la ruelle. Y'ont ri comme des arriérés mentaux pis y se sont approchés de moi. Ciboire, y'a rien à faire avec ces p'tits crisses-là. Pis là je vois les ponchos végétaliens me dire qu'y faudrait laisser le parc ouvert toute la nuitte pour les p'tits tabarnacs-là, ciboire..."

Sans que l'orignal ne s'en apreçoive, l'écureuil avait réussi à dégager la cacahuète à demi-enfouie dans le sol meuble des abords du sentier. S'emparant discrètement de son trésor, il regarda une fois de plus en direction de l'orignal, maintenant perdu dans un nuage de sombres pensées, prit une grande respiration, ferma les yeux et, d'un bon, se retrouva à plusieurs mètres du cervidé. Il s'arréta pour se retourner.

"T'es rien qu'un ostie d'écueurant. Faciste! Faciste!" Puis il s'enfuit avec toute la rapidité que lui permirent ses petites jambes.

Aucun commentaire: