03 novembre 2006

Telesekreter

Si il y a un médium artistique qui est vachement sous-utilisé, c'est vraiment le répondeur téléphonique. Les possibilités sont, bon d'accord, peut-être pas infinies, mais certainement des milliers de fois plus étendues que l'utilisation qu'on en fait.

Je me souviens d'avoir remplacé un message d'accueil sinistre du genre "Bonjour vous avez bien rejoint Tatati Tatata..." (je suis de descendance italienne) par un simple "Allo?"


Pendant quelques jours, tous les messages laissés sur mon répondeur disaient à peu près "Allo! Ça va? Allo? Tu m'entends? Allo? Allo t'es là?..." Je suis finalement revenu à une formulation plus classique, de peur que mon directeur de thèse aie la brillante idée de me donner un coup de fil en mon absence. Mais pas avant de m'être bidonné à plein aux dépens de mes perplexes appelants.

Et justement, en parlant de ça, je suis sûr que ça vous rapelle la chanson de Teoman. OK, peut-être pas. Alors rapido, Teoman est une des vedettes pop les plus tolérables de Turquie et, malgré son apparente incapacité à mémoriser le texte entier de Famous Blue Raincoat de Leonard Cohen il y a quelques semaines, il écrit plutôt bien. Prenez sa chanson "Paramparça", par exemple, où il affirme que "Telesekreterle konusamayanlardanim". La belle preuve que le turc est une langue agglutinante, ce qui signifie non pas qu'on peut la manger avec des baguettes mais bien qu'on s'y amuse à rajouter des suffixes. Et des suffixes. Et des suffixes. Et des suffixes. Allez, venez ajouter des suffixes avec moi, et pas un mot à votre mère.

Premier mot, ça reste simple. "Telesekreter", vous ne devinerez jamais pourquoi, ça veut dire répondeur téléphonique. Le suffixe "le", c'est l'accompagnatif "avec". Autrement dit, "telesekreterle", c'est "avec le répondeur". Vous me suivez toujours? Si non, allez vous chercher un peu de quotient au dépanneur et appliquez sur les parties affectées.

Pour les autres, on passe aux choses sérieuses. Alors voici la décomposition:

-"Konus" (avec une cédille sous le 's', qui lui donne le son 'sh'): La racine du verbe parler. Bougez pas, on est sur le point de le conjuguer. Jusqu'à ce que mort s'ensuive.
-"a": devant le suffixe négatif, c'est le suffixe qui exprime la capacité, comme le verbe pouvoir avant un infinitif en français.
-"ma": Le suffixe négatif en question, que vous attendiez tous un p'tit peu.
-"y": un consonne-tampon, parce que faire suivre un suffixe qui finit avec une voyelle d'un suffixe qui commence avec une voyelle sans consonne-tampon, c'est un peu comme manger la bouche ouverte (i.e. c'est pas parce que ça se fait dans votre village que c'est poli pour autant).
-"an": L'indicateur du participe présent.
-"lar": L'indicateur du pluriel.
-"dan": L'ablatif (autrement dit, 'de')
-"im": Le verbe être au présent, première personne du singulier.

Alors je vous donne dix secondes pour deviner ce que veut dire "Telesekreterle konusamayanlardanim".
Dix
Neuf
Huit
Sept
Six
Cinq
Quatre
Trois
Deux
Un
Trop tard.
"Je suis de ceux ne pouvant pas parler avec un répondeur téléphonique". En deux mots.

Or donc si vous n'avez pas mon courage légendaire, si "allo!" vous semble un peu sec comme invitation à laisser un message, vous pouvez toujours suggérer à ceux qui vous appellent de laisser un message s'ils sont de ceux qui peuvent parler avec un répondeur, "Telesekreterler konusabilenlerdense". Ça fait toujours jaser le monde.

Ceux qui peuvent jaser en turc avec un répondeur, en tous cas.


Aucun commentaire: