07 décembre 2007

Bing bang, Yale dans vos oreilles en deux coups de cuiller à pot

Les historiens, c'est comme des chiens de Pavlov, quand ça voit un phénomène historique bing bang ça te crache une explication en deux coups de cuiller à pot. Et si jamais un rival dans la profession a déjà donné la même explication, pas de problème, bing bang ils te prouvent le contraire en moins de temps que ça prend pour rédiger une thèse de doctorat (bon, d'accord, ça prend un peu de temps mais le résultat reste le même).

Exemple de phénomène historique analysable: Le monde, y connaissent rien. Ou, en termes plus académiques, le taux de pénétration de connaissances de niveau universitaire dans la population en général a toujours été relativement limité.

Phénomène historique bonus: Bev Oda est une exception, dans la mesure où elle peut mesurer le taux satisfaction des Afghans par rapport aux services de l'armée canadienne mieux qu'on sondage d'opinion effectué auprès des Afghans en question.

Je suis historien, je suis comme un chien de Pavlov, quand je vois un phénomène historique bing bang je vous crache une explication en deux coups de cuiller à pot. Je reviendrai à la question bonus, mais pour ce qui est du monde qui ne connaissent rien, la réponse est facile: ceux qui n'ont pas beaucoup de connaissances universitaires, ce sont ceux qui n'ont pas de formation universitaire. Et plusieurs raisons peuvent empêcher l'accès à une formation universitaire, la plus importante étant probablement la pression financière de trois années ou plus à payer des frais de scolarité plutôt que de recevoir salaire. Pour le fils d'un patron, c'est les vacances, pour la fille du restaurant c'est les sueurs pis les clients. A vla di da di, vla di di dlom...

(OK, petite parenthèse ici pour vous avouer la vérité (pour faire changement): Je suis un converti. J'étais naguère un fan fini des produits Macintosh, je faisais partie du club Apple de ma région avant qu'Internet n'y arrive et, plus généralement, j'étais convaincu d'être supérieur au reste de l'humanité. Un jour, un truc terrible m'est arrivé (genre, je me suis tanné d'être pris pour un imbécile), je me suis converti au Côté Obscur et j'ai renié mon passé (sauf la conviction d'être supérieur au reste de l'humanité, subitement renforcée). Et comme tout bon converti, je suis devenu un opposant radical de mon ancienne foi. Fin de la parenthèse, qui n'apparaît ici que pour expliquer pourquoi je méprise iTunes.)

Or donc je méprise iTunes, mais il existe "iTunes U". iTunes U, c'est une série de cours universitaires (et pas n'importe quoi: Stanford, MIT, Yale, bref le gratin) offerts sous forme de balladodiffusions audio ou vidéo. Ouaip, l'accès direct au contenu des cours, comme si vous y assistiez en personne. Et le nombre de cours offerts en ballado augmente de façon exponentielle à chaque semestre. La seule attrape, c'est qu'il faut installer le logiciel iTunes sur son ordinateur. Mais autrement, tout est gratuit. Tout est gratuit quand on a le diable de son côté.

Et nous voilà de retour dans les Temps Anciens --dans ce que les Temps Anciens avaient de plus noble, quand l'éducation se faisait en public et que se joignaient au groupe des étudiant qui voulait. Ouaip, il est maintenant possible de prendre des cours à Berkeley pour gratos, ce qui demeure relativement pas cher.

Et si jamais ça ne fait pas augmenter de façon tout aussi exponentielle le taux de pénétration des connaissances de niveau universitaire dans la population en général, foi de chien de Pavlov, on trouvera bien une explication alternative.

* * *

Oh, et pour la question bonus, c'est tout aussi facile à expliquer. Il y a deux possibilités: Ou bien Bev Oda est une Jos Binne qui a présenté un mémoire à la Commission Bouchard-Taylor, ou bien les gnomes sont dotés de perception extra-sensorielle.

Vous voyez bien que je le mérite, mon doctorat.


Aucun commentaire: